• Ame de mon ame
    Photo: Michael SLOBODIAN
  • La Fondation de l’École supérieure de ballet du Québec est heureuse de recevoir un don remarquable de la société Merck Canada inc., l’œuvre Danser la vie de l’artiste Léa Rivière.

    suite
    La Fondation reçoit un don remarquable de Merck

    « Ce don concrétise un essentiel rapprochement entre la Fondation et le milieu des affaires, s’est réjoui Monsieur Jean-Paul Bellon, président du conseil d’administration de la Fondation de l’École supérieure, lors du dévoilement de l’œuvre. De plus, il traduit la sensibilité de l’entreprise à l’égard de la mission de la Fondation, qui est de soutenir l’École supérieure dans sa poursuite de l’excellence.»

    « Nous sommes heureux d’appuyer la Fondation de l’École supérieure de ballet du Québec à travers le don de cette magnifique œuvre d’art et de contribuer au développement des plus grands danseurs du Québec », a souligné Jennifer Chan, vice-présidente, politiques santé et affaires externes, Merck Canada inc.

    L’œuvre, un médium mixte sur toile, est un triptyque réalisé entre 1998 et 2000. Les trois tableaux s’inspirent de la danse et représentent une femme dont les cheveux évoquent les crinières des chevaux, sujet de prédilection de Mme Rivière, qui est d’ailleurs considérée comme une sommité mondiale dans l’art de peindre les chevaux.

    « Le cheval et la danse sont des guides pour les êtres humains. »

    Léa Rivière, artiste-peintre

  • L’École supérieure présentera une édition toute spéciale de son spectacle annuel Corps de ballet afin de souligner plus d’un demi-siècle consacré à développer l’excellence et à créer l’émotion. Sous la direction artistique d’Anik Bissonnette, ce spectacle à grand déploiement rassemblera les 125 jeunes danseurs en formation ainsi que des diplômés.

    suite
    Un grand spectacle avec invités spéciaux pour célébrer le 50e anniversaire

    « Pour marquer les cinquante ans de l’École supérieure et mes six ans à titre de directrice artistique, j’ai voulu remonter les plus beaux ballets de notre répertoire et offrir des créations de chorégraphes que j’affectionne et j’admire », explique Anik Bissonnette. Le programme comprend notamment l’acte II du Lac des cygnes, lequel permettra d’apprécier la maîtrise de la technique classique dont font preuve les apprenties ballerines, qui s’entraînent six jours par semaine.

    Maude Sabourin, soliste aux Ballets de Monte-Carlo, reviendra expressément à Montréal pour interpréter un pas de deux chorégraphié par Jean-Christophe Maillot, tandis que Sylvain Lafortune, qui a dansé de nombreuses années avec les Grands Ballets Canadiens, incarnera un singulier maestro.

    Andrew Skeels, chorégraphe de plus en plus recherché sur les scènes européennes, proposera une nouvelle version de Jambes sans repos, qui avait reçu un accueil on ne peut plus chaleureux l’an dernier. Le programme inclura aussi une œuvre originale de Robert Glumbek, de la compagnie torontoise ProArteDanza. Enfin, Gioconda Barbuto (Grands Ballets Canadiens, Nederlands Dans Theater) signera un ballet sur un air de la Bottine souriante.

    Un après-midi familial

    Animée par la pétillante Chantal Lamarre (Infoman, Les Dieux de la danse), une représentation à l’intention de toute la famille sera également présentée. Ce spectacle d’un peu plus d’une heure sera précédé d’activités permettant aux petits de découvrir le monde de la danse classique.

    Un spectacle à ne pas manquer!

    Corps de ballet est présenté les 26, 27 et 28 mai 2016, à 19 h 30 et Un après-midi familial le 28 mai 2016 à 14 h. Les billets sont disponibles sur Admission ou à la billetterie du Centre Pierre-Péladeau de l’UQAM.

    L’École supérieure de ballet du Québec reçoit le précieux soutien du ministère de la Culture du Québec, de Patrimoine canadien, de Québecor (grand partenaire) et de Mondor (commanditaire principal).

  • L’École supérieure est fière d’annoncer la réalisation du projet Merci Montréal! en 2017, dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

    suite
    Un projet pour le 375e anniversaire de Montréal

    Ce projet a été dévoilé par M. Serge Postigo, commissaire adjoint aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal lors du dévoilement de la trace chorégraphique de l’École supérieure, coup d’envoi des activités de Québec Danse, en présence de M. Harold Rhéaume, président du Regroupement québécois de la danse, ainsi que de Mme Chantal Rossi, conseillère associée à la culture, au patrimoine et au design de la Ville de Montréal.

    « Le projet Merci Montréal! de l’École supérieure de ballet du Québec s’inscrit parfaitement dans la programmation des festivités du 375e anniversaire de Montréal. Les courtes prestations de danse qui seront offertes dans différents lieux et événements symboliques de la Ville permettront aux Montréalais de découvrir et d’apprécier la grâce et la vivacité de cet art qu’est la danse », explique Serge Postigo, commissaire adjoint aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

    « Montréal s’est bâti une réputation de capitale internationale de la danse et Merci Montréal! permettra sans contredit de réitérer cette position de façon à la fois conviviale et spectaculaire tout au long de cette année anniversaire », a souligné Mme Chantal Rossi, de la Ville de Montréal.

    « L’École supérieure désire dire merci à la ville qui l’a vue naître et s’épanouir. Et merci, dans le langage du ballet classique, ça ne se dit pas, ça se danse, en faisant la révérence. » — Anik Bissonnette, directrice artistique de l’École supérieure

    Les quelque 125 élèves de l’institution offriront donc de courts moments de danse dans divers lieux incarnant l’identité, l’essence, voire l’âme de la métropole, dans le cadre d’événements culturels, sportifs, et sociaux majeurs, ainsi que lors de manifestations créées spécialement pour le 375e anniversaire de Montréal.

    « Le gouvernement du Québec est heureux de soutenir cette initiative qui ravivera la fierté et le sentiment d’appartenance de tous les citoyens de la métropole », a fait savoir le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal, M. Martin Coiteux. « Avec son projet Merci Montréal!, l’École supérieure de ballet du Québec rendra accessible à un large public, tout au long de 2017, les chorégraphies réalisées par des danseurs talentueux qui salueront avec grâce Montréal, notre métropole culturelle et créative ».

    « Le projet Merci Montréal! se veut l’occasion de partager avec les Montréalais et les nombreux visiteurs la tradition de respect, de grâce et de gratitude dont est fondamentalement empreinte la danse classique », a conclu Mme Anik Bissonnette.

  • L’École supérieure est fière de coproduire le spectacle Symphonie 5.1, une œuvre de Van Grimde Corps Secrets mettant en vedette deux jeunes danseurs, aux côtés d’interprètes professionnels adultes, dans un environnement visuel interactif orchestré par une partition musicale jouée en direct.

    suite
    Deux élèves au cœur d’une création avant-gardiste à l’Agora de la danse

    « Isabelle Van Grimde est une créatrice qui explore avec brio les possibilités nouvelles qu’offrent les technologies numériques, proposant des œuvres multidisciplinaires étonnantes. Nos jeunes danseurs sont choyés de prendre part à cette démarche artistique à nulle autre pareille au Québec. »
    Anik Bissonnette, directrice artistique de l’École supérieure

    À l’invitation de la chorégraphe Isabelle Van Grimde, Samaël Maurice, 12 ans, et Maya Robitaille-Lopez, 14 ans, se sont joints à l’équipe de création tout en poursuivant leurs cours au sein du programme professionnel de l’École supérieure. « J’ai éprouvé une très grande fierté lorsqu’Isabelle m’a parlé du travail de Samaël et de Maya, raconte Anik Bissonnette. Tout le long du processus de création et des répétitions, ils se sont comportés comme des pros, et elle ne s’est même pas rendu compte que c’étaient des enfants! »

    Les élèves du programme professionnel de l’École supérieure ont en effet la chance de se familiariser avec la scène grâce au spectacle annuel ainsi que dans le cadre de diverses collaborations avec des organismes culturels renommés, tels que l’Orchestre symphonique de Montréal, le Festival d’Orford ou la Fondation de la Place des Arts.

    Les élèves consacrent entre trois et cinq heures par jour à la danse, avec un horaire spécialement aménagé afin qu’aucune matière ne soit négligée, dans le but de devenir à la fois des artistes complets et des athlètes, des citoyens responsables, des personnes éduquées sachant redonner à sa communauté. L’enseignement s’enrichit régulièrement de la présence de maîtres de ballet et de professeurs invités réputés provenant de partout dans le monde.

    Samaël Maurice a commencé ses cours à l’École supérieure de ballet du Québec en 2008. Il participe au spectacle annuel du programme professionnel, à la salle Pierre-Mercure, depuis 2014. Il fait partie de la distribution de Casse-Noisette, avec les Grands Ballets Canadiens, d’abord comme enfant de la fête, puis dans le rôle de Fritz, en 2013 et en 2014. Cette année-là, il fait également de la figuration dans Paquita, du Ballet de l’Opéra de Paris, puis dans Marie- Antoinette du Houston Ballet, deux productions présentées à la Place des Arts.

    Maya Robitaille-Lopez est élève du programme professionnel de l’École supérieure de ballet du Québec depuis plus de six ans. À ce titre, elle participe au spectacle annuel, lequel est présenté en mai à la salle Pierre-Mercure. En 2012, elle a pris part au Musée des beaux-arts de Montréal au dévoilement chorégraphié de La Petite Danseuse de Degas. Elle a aussi incarné une fille de la fête, puis un mouton blanc dans Casse-Noisette, avec les Grands Ballets Canadiens.

    Symphonie 5.1, une oeuvre de Van Grimde Corps Secrets

    à l'Agora de la danse du 27 au 30 janvier 2016

  • Spectacle grandiose et féérique, Casse-Noisette représente un véritable cadeau, tant pour les jeunes danseurs qui sont sur scène que pour les spectateurs. C’est pourquoi l’École supérieure est particulièrement heureuse de s’associer, une nouvelle fois cette année, à la production des Grands Ballets Canadiens.

    suite
    Casse-Noisette, cadeau de jeunes danseurs

    Une cinquantaine d’élèves ont la chance de participer à ce magnifique ballet chorégraphié par Monsieur Fernand Nault, qui fut directeur de l’École supérieure.

    « Pour eux, il s’agit d’une expérience déterminante et, pour le public, c’est aussi un moment marquant, raconte Anik Bissonnette, directrice artistique de l’École supérieure et ex-fée dragée des Grands Ballets. Je me souviens moi-même de la première fois que j’ai vu Casse-Noisette : j’ai su ce que je voulais faire dans la vie! »

    Les rôles de Clara et de Fritz, de même que plusieurs enfants de la fête, anges, brebis, rennes et matriochkas sont tenus par des élèves de l’École supérieure, des programmes professionnel, préparatoire et récréatif. Le corps de ballet compte également sur plusieurs étudiants de niveau collégial du programme professionnel.

    PHOTO: Damian Siqueiros/zetaproduction.com

© 2011 L'École supérieure de ballet du Québec
4816, rue Rivard, Montréal (Québec) H2J 2N6 CANADA T. 514 849-4929