Skip to contentSkip to navigation
Deux boursiers
Juan Sebastian Hoyos Correa et Fauna Natasha Lopera Lopez | photo: Olivia Gomez
Partager l'article :
29 octobre 2019

D'importantes bourses à deux finissants

Fauna Natasha Lopera Lopez et Juan Sebastian Hoyos Correa, finissants de la division professionnelle, sont les lauréats 2019 de la bourse d’excellence Caisse de la Culture Desjardins présentée par la Jeune Scène d’affaires. D’une valeur de 1500$, elle vise à favoriser leur insertion professionnelle, en leur permettant, par exemple, d’aller auditionner dans les plus grandes compagnies de danse dans le monde.

La directrice générale de la Caisse de la Culture Desjardins, Madame Marie-Christine Cojocaru, et la présidente de la Jeune Scène d’affaires, Madame Natacha Engel, ont décerné la bourse lors du Six à huit annuel de la Fondation de l’École supérieure de ballet du Québec, le 10 octobre dernier. Elles ont souligné l’engagement de ces deux jeunes envers l'École supérieure et leur souci constant d'amélioration.

« Arrivée à Montréal en juillet 2017 pour le stage d’été de la division professionnelle, elle s’est rapidement intégrée, non seulement à l’École supérieure, mais également au Québec, a fait valoir Mme Cojocaru. En moins d’un an, elle a appris à parler couramment le français, en plus d’améliorer sa technique et de développer ses habiletés d’interprète. Si elle a l’oreille pour les langues, elle l’a aussi et surtout pour la musique. C’est une danseuse qui sait bouger avec le rythme et la mélodie, excessivement expressive. Sur scène comme au quotidien, elle incarne la joie et la gratitude, avec toujours beaucoup de sensibilité. Pour récompenser son esprit d’initiative et l’encourager dans son cheminement, nous remettons la bourse en contemporain à Fauna Natasha Lopera Lopez. »

« Notre lauréat classique a plusieurs points communs avec Fauna, a indiqué Mme Cojocaru. Comme elle, il est arrivé de Colombie en 2017, et il est tout aussi souriant et engagé dans sa formation. Se distinguant par sa maîtrise de la technique classique, il joignait sans tarder les rangs des Grands Ballets pour danser parmi les Messieurs de Casse-Noisette. Quelques mois plus tard, il remontait sur la scène la salle Wilfrid-Pelletier, étant au centre du Défilé présenté en ouverture de la Soirée des étoiles. Toujours avec les Grands Ballets, il refera Casse-Noisette cet hiver et dansera dans la Belle au bois dormant au printemps. En outre, il représentera l’École supérieure à l’Assemblée internationale, un événement bisannuel qui se tiendra à Toronto en mai 2020. C’est un artiste humble et ouvert, toujours soucieux de s’améliorer. Pour ces raisons, nous remettons la bourse à Juan Sebastian Hoyos Correa. »

Merci à un philanthrope attentif

Le Six à huit de la Fondation a également été l’occasion de remercier et de célébrer Jean-Paul Bellon, le président sortant du conseil d’administration, qui a largement contribué à développer la Fondation et à la mener vers son présent succès. Les donateurs présents ont assisté à de brèves prestations des danseurs professionnels en formation.

L’événement était le coup d’envoi de la campagne de financement 2019-2020.

Au courant de l’année 2018-2019, la grande générosité des donateurs de la Fondation de l’École supérieure a permis de remettre 107 500 $ en bourses d’excellence et de soutien à 45 jeunes danseurs de l’École supérieure. Un autre montant de 7 500 $ a pu être octroyé pour des projets spéciaux tels que l’accueil de professeurs et experts de classe mondiale de même qu’un montant de 10 000 $ pour la mise en place d’ateliers de nutrition. Grâce à sa Fondation, l’École supérieure demeure accessible aux talents qui n’ont pas nécessairement tous les moyens financiers pour suivre son programme. La Bibliothèque de la danse Vincent-Warren a également bénéficié de 12 000 $ pour l’enrichissement et la préservation de ses précieuses collections.

Consultez le bulletin annuel 2019 pour plus de détails.

Pour voir les photos de l'événement, rendez-vous sur notre page Facebook.

Partager l'article :
Suivez-nous :